La libre expression est-elle un danger pour l'objectivité ?   (Misterdim)
21/07/2024 www.misterdim.com
Dimanche 21 juillet 2024
 
 
Des nouvelles du front
Ne descendez pas avant l'arrêt complet du véhicule

       Une fois le muret heurté, je me suis fait le plus petit possible au fond de mon siège tout en me rappelant la phrase célèbre:

Ne descendez pas avant l'arrêt complet du véhicule

       En effet, il vallait mieux rester sans bouger sous peine de se transformer en bloc d'Emental sur une râpe à fromage. Bref, une fois le véhicule arrêté, j'ai eu peur de me faire rentrer dedans par l'arrière. J'ai donc mis mes warnings (ça n'a pas été chose facile car j'étais pendu la tête en bas). Après quelques secondes (ou plus : on perd la notion du temps dans de telles situations), je suis sorti de la voiture en me tirant par les bras pour passer dans le semblant de passage qu'était la vitre pulvérisée.

       Lors de l'impact contre le muret à 120 km/h, mon corps à fait pivot autours de la ceinture de sécurité. Résultat, j'ai donné un coup de boule magistral sur le montant coté conducteur.

       Ce choc m'a fait perdre un tiers du front (chaire et peau). Pour ma part, sur le coup, je ne sentais rien. Je voyais juste le sang couler. En fait, après m'être mis debout pour vérifier que mes jambes étaient en état de fonctionnement, je me suis assis en tailleur. J'étais limite en forme... abstraction faite que j'étais assis au beau milieu de l'autoroute (c'est pas tous les jours qu'on peut faire un sitting au milieu d'une 3 voies!!!

       Heureusement, les personnes qui étaient juste derrière, ayant vu qu'il allait se produire un accident, se sont mises les trois de front pour pouvoir stopper la circulation.

       Finalement, j'ai gentillement attendu les secours. Par chance, parmi les témoins se trouvaient un anesthésiste et un sauveteur en haute mer... bref, des personnes qui savent quoi faire dans de telles situations. Quoique j'ai été un peu affolé par le témoin anesthésiste qui pâlissait à chaque fois qu'il me regardait (pour une personne habituée à voir du sang, ça n'est pas très rassurant). Ensuite, c'est assez banal : Attente des secours, admission aux urgences, ... . A noter la rubrique "chance/malchance" : sur une confusion, les pompiers me croyaient après le péage de Beynost, mais dans l'autre sens. Ceci étant, ils ont mis une bonne vingtaine de minutes à arriver... et comme je n'était pas où il pensaient me trouver, je ne dépendais plus de leur zône... mais bon, ils m'ont tout de même secouru!!!

Regrets

       Pour être sérieux, je regrette qu'il n'y ait pas eu de suivit psychologique. Avec les différentes vagues d'attentats, on voit fleurir les psychologues sur les lieux mêmes du crime. J'estime que dans des cas précis comme les mien, il devrait en être de même. Le fait que le responsable ait créé l'accident volontairement, qu'il ait été conscient de son acte et qu'il ait pris la fuite, laisse assimiler mon aventure à un attentat. Dans la vie, il y a des hauts et de bas... Le fait de savoir le responsable impuni creuse les bas un peu plus bas!




  Mes catalogues sonnerie
gratuite
Mes catalogues
www.jardin-des-arts.com©MisterDim.com 2001-2024www.bob-l-eponge.info
Me contacter